Psychopathologie Contenu de cours - Partie 2 – Ambiguïté des diagnostiques initiaux

Contenu de cours 2 | Ambiguïté des diagnostics initiaux

Ambiguïté des diagnostics initiaux

Formation sous forme d'atelier en santé mentale sur la psychopathologie; Contenu de cours 2 | Ambiguïté des diagnostics initiaux


Contenu de cours / Thèmes abordés :

Durée: 3h30 + Pauses deux pauses de 15 minutes

  1. Histoire de la psychiatrie 1/3
  2. Le bon spécialiste
  3. Processus d’évaluation
  4. Être ou ne pas être ?
  5. Diagnostics médicaux et DSM-5

Présenté par: M. Jonathan Crépeau

Téléchargement - Format PDF

Contenu de cours

La psychologie des psychopathes

Je vous invite à discuter avec moi tout au long de notre rencontre sur la psychopathologie et explorer notre contenu de cours de la Partie 2 conscernant l’ambiguité des diagnostics initiaux.

Cela permettra à tout un chacun un, de poser les questions qui vous éclaireront, mais qui offrirons également la chance aux autres participants d’explorer ensemble d’avantages les situations du quotidien auxquels votre groupe est confronté.

Contenu de cours 2

 

PSYCHO APTE

OSBL #1172218092

-= L'ambiguité des diagnostics initiaux =-

Durée: 3h 


ATELIER EN SANTÉ MENTALE


Thèmes abordés :

  1. Histoire de la psychiatrie 1/3
  2. Le bon spécialiste
  3. Processus d’évaluation
  4. Être ou ne pas être ?
  5. Diagnostics médicaux et DSM-5

Buts sommaires :

Histoire de la psychiatrie 1/3

D'où provient la très grande partie de vos connaissances en psychologie ou en psychiatrie ? Sur quoi reposent vos notions de compréhension sur le fonctionnement du cerveau humain ? La psychiatrie a-t-elle déjà guéri quelqu'un réellement ?


Le bon spécialiste

Qui est spécialiste de quoi exactement ? Apprendre à accepter ses limitations peut permettre de se focaliser sur la compréhension que l'on a d'une seule partie des diverses diverses formes de troubles en santé mentale. On peu ainsi véritablement aidait un patient en le parrainant à travers une quasi parfaite compréhension des 1001 composantes de sa maladie.


Processus d’évaluation

Comprendre la nature de nos propres raisonnements afin d'établir une solide forme d'auto-critique constante lors d'une rencontre avec un patient. Comprenez-vous bien ce que vous ne savez pas reconnaitre . Notre cerveau fonctionne par repères et amalgames des éléments similaires, cela a pour but d'extraire inconsciemment les lignes directrices mentant à une conclusion logique. Le cerveau se focalise sur certains aspects qui lui sont reconnus pour émettre des hypothèses conscernant sur la nature de la vérité. Il faut apprendre à ne rien prendre pour acquis et évité d'entrer dans la logique souvent trop logique des psychopathes. Le diable se cache souvent dans les détails.


Être ou ne pas être ?

Le cerveau n'est pas statique, ce n'est pas un classeur de bureau dans lequel on n'a qu'à trouver le "bon" dossier pour le résoudre. Il est impossible de tracer une carte individuelle des milliards de types de pensées que peut avoir un individu et leur attribuer une étiquette globale. Avant de penser à formuler un diagnostic il est important de conserver une réserve dans le temps. Un trouble bipolaire ou cyclotomique est parfois difficile à détecter en quelques rencontres de 45 min; surtout si la ressource offerte mobilise l'affect idéalisateur du patient qui n'en'aura pas lui-même conscience. Être où ne pas être, cette question n'est pas si simple qu'elle ne pourrait le paraître.


Diagnostics médicaux et DSM-5

La formulation des diagnostics des différentes problématiques de santé mentale est relativement très bien définie par le DSM-5. Cependant les liens causals ne sont pas expliqués car ils diffèrent souvent d'un individu à l'autre. Pourtant, il existe intrinsèquement des symptômes et leurs causes clairement identifiés par les psychologues. Ces notions peuvent servir de sources de références pour identifier les causes aux troubles de santé mentale en présence et apporter une compréhension de sa maladie au patient. La compréhension par les repères et les analogies situationelles donne d'excellents résultats, ce qui se traduit par réappropriation identitaire qui les aidents a se redéfinir tel qu'ils sont.



Introduction contextuelle de l’atelier

1 - Histoire de la psychiatrie 1/3

Il existe une triste réalité qui s’avère être un secret de polichinelle, c’est que depuis l’origine de la psychiatrie il n’y a jamais eu de personnes guéries.

Il s’agit d’une science reposant exclusivement sur l’observation d’une condition mentale particulière que l’on définit et redéfinit au cours du temps.

Le concept de guérir les « malades mentaux » nous provient des années 1850. À cette période on remplissait les asiles d’aliénés de toutes sortes, mais leur confinement et leur retrait de la société ne généraient aucun profit et dilapidait les fonds publics de façon expansive… jusqu’à ce qu’apparaisse le concept de pouvoir guérir ses malades.

Le début de la psychiatrie

À l’époque, la psychiatrie et la psychanalyse n’étaient nullement reconnues à titre de science et était donc rejetée d’emblée par le milieu médical; Il fallait donc trouver une façon de légitimer les expériences et les traitements.

Des bains de glaces, aux chambres à vapeur en passant par les simulations de noyades; tout cela n’était là que les premiers balbutiements de ce que l’on allait désormais traité par voie dites « médicales » de cette époque jusqu'à nos jours !

Il faut dire les choses telles qu’elles le sont, il est impossible à l’heure actuelle et ce même avec toute la technique que nous possédons de diagnostiquer quelques maladies mentales que ce soit.

La radiographie permet de voir l’endroit précis et la forme précise qu’aura une fracture de l’avant-bras à titre d’exemple.

Cependant aucun appareil médical n'est en mesure de voir la maladie mentale de façon claire et nette !De ce fait que sait-on vraiment du cerveau humain et de ce qui le rend ou non fonctionnel ?

Peut-on alors prétendre comprendre ce qui se passe dans la tête d’une autre personne et diagnostiquer clairement sa maladie ?

Les antidépresseurs

Dans une autre ordre d'idées, la pharmacologie a remplacé la glace et la vapeur; cependant il est démontré que les antidépresseurs engendrent des troubles sociopathologiques.

Un psychologue de son propre aveu dira "Je voulais pleurer la mort de mon père, mais la gamme émotive que j’avais c’était estompé, c’est comme si le couteau à steak s'était transformé en couteau à beurre, j’étais devenu insensible à la mort de mon propre père. ».

Alors comment aider adéquatement et ce, avant même de penser à utiliser une forme de traitement médicamenteux dont on ignore les effets à long terme ?


2 - Le bon spécialiste

Avant d'être un "bon" spécialiste faut être en mesure d’accepter nos propres limitations avant même de tenter de s’interposer dans la vie d’autrui.

Il faut rester humble à la base avant de s’octroyer le sentiment d’être celui qui saura répondre adéquatement au type de patient en face de soi.

L'important c'est de garder en tête que les études académiques permettent de comprendre certains schémas mentaux répertoriés dans le DSM-5 mais que c'est le facteur TEMPS qui permet l'évolution de votre capacité à les reconnaître.

Ainsi certains schémas deviennent de plus en plus familiers, mais attentions;TPL, personnalité narcissique, antisocial et psychopathologie ne sont-ils pas les mêmes ?

Spécialiste de quoi exactement?

Être ou non un « bon spécialiste » ne repose pas sur des notions purement académiques, il s’agit davantage d’être en mesure de comprendre profondément une vision du monde qui n’est pas la nôtre et qui est donc implicitement inconnue de l’observateur traitant.

Les différents contextes de nos vies influent directement sur la compréhension que nous avons de notre propre espace-temps.

Nos origines culturelles, nos croyances et schémas arbitraires du bien et du mal tentent de définir une certaine réalité; réalité qui n’a pas de formes précises lorsque l’on parle de "maladies mentales".

Accepter de ne pas tout savoirIl faut donc accepter ses forces et accepter de reconnaître nos faiblesses puisque qu’après tout, nous restons des êtres humains faillibles.

Nous restons cependant capables de tenter de faire mieux dans notre quotidien avec les outils que nous possédons.

Se connaitre est le début de toute sagesse.

Aristote

Il existe à travers le corps médical des omnipraticiens qui sont en quelques sortes des évaluateurs de conditions physique générale et qui aux besoins savent utiliser les spécialités des autres professions.

Par conscience professionnelle, nous vous invitons a redéfinir votre position exacte sur l'échiquier afin de rendre plus fluide l'acheminement des patiens et les diriger vers la bonne ressources pour eux.

Il n'est pas concevable d'être un psychiatre soit spécialiste de l'ensemble des "maladies mentales"; il devient donc important d'être conscient de la place que vous occupez réellement.

Nous avons pour principe de ne jamais tenter de faire d’une chaise, une table et vice-versa. Utiliser vos forces naturelles afin de mieux aider, c’est la notre mission de base.


3 - Processus d’évaluations

Les processus et mécanismes actuellement mis en place dans notre système de santé afin de bien gérer et canaliser le flot des patients demandant des soins en santé mentale sont grandement perméables aux erreurs de directions et de redirections continuelles des requêtes.

Toutes les parties desservant la santé devraient se considérer importante et intégrée de façon inhérente face à la productivité et l’efficacité de la direction à donner aux soins en fonction de ses réelles compétences autres qu’académiques.

Nous avons tous un bagage de vie qui peut nous servir à redonner la vie dans son quotidien, tel qu’exprimer dans le deuxième volet.

Il y a ce que nous appelons un « flash » qui se produit parfois lors de diverses situations en interactions avec le demandeur de services.

Un commentaire portant la lumière sur une problématique centrale effectuée par d’un infirmier ou « même » d’un préposé perd-il de sa véracité lorsque celui-ci est en mesure de s’expliquer et de démontrer son argumentation ?

Effectuer une évaluation-des évaluations se fait en 3 volets généralement; formulation des demandes initiales, acheminement vers les « espaces de services » disponibles, rencontre avec le médecin traitant.

Le patient

Cependant, qu’advient-il du demandeur entre-temps ?

Et une fois arrivé aux personnels traitants, qui s’assure du suivi face au type de demande initialement formulée par le patient ?

Est-ce que cette référence sera en mesure de remplir répondre adéquatement et à 100% à la fois aux demandes mais également au suivi, voir l’utilisation d’autres ressources connexes ?

Accompagner immédiatement une personne atteinte de troubles graves de l’humeur est nécessaire socialement et humainement puisque ses derniers ne se présentent que dans de très rare cas dans les ressources d’aide afin de traiter leur propre problématique de vie.

La délinquance sociale

Savoir reconnaitre et signaler les observations avérées jusqu’en haut lieu ne permettrait-il pas de gérer une bonne partie de la délinquance sociale.

En acceptant de participer activement dans la santé et savoir être utile au moment et où là s’avère utile devient en soi une récompense... mais comment s’imposer ?

Les formations Psycho-Apte vous permettons de savoir ce que vous dites, en expliquer la teneur et en élaborer sur les liens probants.
La vérité et la connaissance resteront et feront toujours fît de tout.


4 - Être ou ne pas être ?

Que les « véritables » psychopathes se lèvent parmi nous afin de savoir qui est qui !

La chose serait trop belle évidemment si cela devait s’avérer aussi simpliste.

Or la question s’impose; de 1% à 3% de la population est atteinte de psychopathologie, combien en avez-vous diagnostiqué au cours de votre carrière ?

Peut-on mettre une étiquette sur cette boîte au contenu presque inconnu du milieu scientifique ? De toute évidence, le concept de mettre en boîte les traits de telles ou telles maladies de la psyché et tenter de ramifier au fur et à mesure la complexité du cerveau est une méthode actuelle qui semble parfois quelque peu archaïque.

Psycho-Apte ne vous offre pas uniquement des formations ateliers conférences sous forme académique; mais une possibilité de discuter directement avec un psychopathe.

Il est à noter qu'après plus de 20 ans à parcourir le système médical afin de comprendre sa propre condition mentale, Jonathan Crépeau a aujourd’hui acquis la pleine conscience de son inconscience et nous permet de mieux comprendre à travers les échanges, sa condition de psychopathe adapté.

Les fous

On dit que seuls les fous reconnaissent les fous ! Mais ne pouvons-nous pas tous devenir fous si un enchevêtrement de situation se produisait dans votre vie ?

L’exposé sur « être où ne pas être ? » est un atelier interactif, sans tenter de vous mettre dans l’embarras : L’homme peut s’avérer cruel et d’une animalité qu’il est complexe de décrire en quelques mots tant tellement le niveau et le nombre de ses barbaries sont incalculables.

Psycho-Apte à travers cet atelier vise le repérage, voir une forme de profilage instantané de qui est ou n’est pas psychopathe.

Les plus grands spécialistes s’accordent pour dire qu’il faut du temps pour évaluer le niveau de psychopathologie dont une personne est atteinte, cependant repérer un ensemble de traits distincts devient une chose aisée lorsque l’on sait ce que l’on cherche.

C’est donc là le but visé par ce chapitre.


5 - Diagnostics médicaux et DSM-5

Le DSM-5 est un manuel que l’on pourrait comparer à un recueil de guide d’assemblage illustré.

Les indications sont claires, mais demandes pourtant un certain temps afin d’être assimilé correctement pour ensuite être en mesure de se repérer à travers les divers éléments.

Et comme on dit : « le diable se cache dans les détails »!

L'analyse effectuée grâce au DSM-5 permettant de diagnostiquer une maladie de la psyché reste souvent floue sur les aspects les plus importants qui pourrait permettre de comprendre quel pourrait être les traitements à apporter pour soigner définitivement un aspect maladif chez une personne.

Notons que pour certaines maladies » les traits sont si communs les uns par rapport aux autres que l’on pourrait comparer la situation aisément à recevoir un feuillet de feuillet d’assemblage de meubles différents sous un seul recueil sans titre autre que celui principal.

Ainsi, borderline, troubles de la personnalité, troubles explosifs intermittents, traits psychopathologiques etc.; peuvent tous être regroupés dans la même « section » du recueil.

Jusqu'à maintenant, il faut l’avouer, nous pataugeons un peu dans le noir jusqu’à ce que les choses se fractionnent et que l’on soit en mesure de mettre de l’ordre dans le fouillis des explications similaire et se recroisant ici et là.

De l’intérieur de la maladie

Tout d'abord il faut dire que Psycho-Apte ne prétend pas réinventer ce dictionnaire des maladies mentales répertoriées, mais tente d’apporter une vive lumière en provenance de l’intérieur de la maladie de celui qui en est atteint de psychopathologie de forme adaptée.

À ce sujet, il s’avère donc important  de savoir établir des liens causaux en composant à partir de ce que l’on peut observer et reconnaître d’emblée; c’est pourquoi M. Crépeau partage avec vous la somme des connaissances et du cumul de ses expériences sur plus de 46 ans de cheminement de vie.

M.Crépeau a séjourné dans plus de 30 établissements de santé entre 1993 et 2016. Le premier diagnostic médical reçu et les autres par la suite ont toujours établi un portrait fidèle de sa situation mentale.

Pourtant ce n’est qu’après la lecture du livre du Dr. Kevin Dutton que les liens entre les effets et les causes ont été tracés les uns derrière les autres, paragraphe après paragraphe.

Il existe donc une forme observable et distinctive des autres traits que l’on pourrait rattacher à ce type de troubles de la personnalité.

Une forme méconnue

La « psychopathologie adapté » est une forme méconnue que l’on pourrait rattacher à une forme de syndrome post-traumatique qui modifierait complément le mode de cheminement de l’enfant, ce qui le positionne pathologiquement dans une perception du monde différent de la norme.

Les psychopathes ne sont pas fous ou mentalement dérangés, ils ont simplement un code de morale qui leur est propre et qui reste immuable.
Je vous invite donc à poser vos questions qui vous permettront de décoder leur personnalité si particulière.


Objectifs de l'atelier de formation

Ambiguïté des diagnostics initiaux

Ambiguïté des diagnostiques Initiaux

Les psychopathes ne sont pas ni malade mentalement ni fous, ils ont simplement leurs propre code de valeurs morales immuables. Pensez à cela un instant...

Le psychopathe est atteint d'une déviance de la structure de pensé distincte de la société en générale. Il n'est pas proprement dit atteint d'une maladie mentale, mais est prisonnier mentalement de son propre type de distortion cognitive, ce qui engendre des symptômes que l'on peut rattacher momentanément à des troubles mentaux plus communs.

T.P.L., T.E.I, Personnalité antisociale ou narcissique, T.O.C. Cyclotomie, Bipolaire.. la confusion règne en maître lorsqu'on tente de diagnostiquer un patient en morcelant de façon académique les nombreux type de désordres mentaux de celui-ci.

Il faut apprendre a voir le portait dans son ensemble sans ce laisser distraire ou distancer de ce que nous observons dans sa globalité. Les psychopathes ne sont pas régis par un code de valeur morale "normalisé"; la structure de leurs pensées n'est donc par influencé par l'aspect émotif de la vie ni l'aspect socialisant du monde dans lequel ils vivent.

Leurs propos sont souvent francs, dérangeants, inquiétants et ne semble pourtant pas empreint d'une émotivité "normale" lorsqu'ils racontent leurs histoires de vie ainsi que leurs parcours souvent socialement répréhensible.

Tenir des propos dérangeant face à notre système bancaire, est-ce antisocial ?

Et que dire de celui qui est fier et ce tenir debout et est en mesure d'affirmer haut et fort ce que tout le monde penses tout bas.. narcissique, ego démesuré, manque de respect des règles donc par le fait meme antisocial ???


Histoire de la psychiatrie 1/3

 

 

Lire la suite: Objectifs de l'atelier de formation 1


Le bon spécialiste

 

Lire la suite: Objectifs de l'atelier de formation 2


Processus d’évaluation

 

Lire la suite: Objectifs de l'atelier de formation 3


Être ou ne pas être ?

 

Lire la suite: Objectifs de l'atelier de formation 4


Diagnostiques médicales et DSM-5

 

Lire la suite: Objectifs de l'atelier de formation 5

Notes :


Vidéos et lectures suggérés

L'atelier de formation en santé mentale sur la psychopathologie passe pas différentes voies. Les vidéos et lectures suggérés sont préalables à la présentation de l'atelier.


Liste des vidéos

Téléchargement - Format PDF

Contenu de cours